When is the Seine not the Seine?

10 "English" words that aren't really English

Few things are more Parisian than the Seine; the famous waterway that divides the city of Paris into its iconic left and right banks. The Seine is an integral part of city life in Paris and one can regularly find locals and visitors alike taking a stroll across one of the thirteen bridges that cross the river or enjoying a picnic along the river’s banks. Depicted in literature, songs and countless pieces of art, the Seine River has become synonymous with Paris.

But what if the Seine wasn’t really the Seine? Yes, it’s true. The Parisian river we all refer to as the Seine should actually be called the Yonne! When two waterways meet and merge together, the resulting river is typically named after the largest branch (by water volume). The Seine, which flows at a rate of 80 m3 per second, is slower than the Yonne, which flows at a rate of 93 m3 per second. The two rivers meet at Montereau-Fault-Yonne, which is 75 kilometers south of Paris. Technically, the resulting river should be named after the strongest of the two combined waterways: the Yonne.

So why do we call the river that runs through Paris the Seine? This mistake can be traced back to antiquity. In Gallo-Roman religion, Sequana was the goddess of the springs at the source of the river Seine. Then, in the third century, the Parisii tribe became powerful because it controlled the traffic on the Seine. As their main city developed into what we now know as Paris, the Seine maintained its cultural and political importance. Today, the Seine has had too big of an effect on Parisian history to change its name. Just imagine replacing “Seine” with “Yonne” in one of the following famous quotes about Paris:

I could spend my whole life watching the Seine Yonne flow by. It is a poem of Paris. — Blaise Cendrars

A final reminder. Whenever you are in Paris at twilight in the early summer, return to the Seine Yonne and watch the evening sky close slowly on a last strand of daylight fading quietly, like a sigh. –Kate Simon

Pourquoi la Seine n'est-elle pas vraiment la Seine

Peu de choses sont plus parisiennes que la Seine, la célèbre voie navigable qui divise la ville de Paris en ses rives iconiques gauche et droite. La Seine fait partie intégrante de la vie urbaine à Paris et on peut régulièrement trouver les habitants et les visiteurs se promener sur l'un des treize ponts qui traversent la rivière ou profiter d'un pique-nique le long des rives de la rivière. Décomposé dans la littérature, les chansons et d'innombrables pièces d'art, la Seine est souvent synonyme de Paris.

Et si la Seine n'était pas vraiment la Seine? Oui c'est vrai. La rivière parisienne qu'on appelle tous "la Seine" devrait être appelée "l'Yonne" ! Lorsque deux voies navigables se rencontrent et fusionnent ensemble, la rivière résultante est habituellement nommée d'après la plus grande branche (par volume d'eau). La Seine, qui coule à 80 m3 par seconde, est plus lente que l'Yonne, qui s'élève à un débit de 93 m3 par seconde. Les deux rivières se rencontrent à Montereau-Fault-Yonne, à 75 kilomètres au sud de Paris. Techniquement, la rivière résultante devrait être nommée après la plus forte des deux voies navigables combinées: l'Yonne.

Alors, pourquoi appelons-nous la rivière qui traverse Paris la Seine? Cette erreur remonte à l'antiquité. Dans la religion gallo-romaine, Sequana était la déesse des sources de la Seine. Puis, au troisième siècle, la tribu Parisii est devenue puissante parce qu'elle contrôlait la circulation sur la Seine. Au fur et à mesure que leur ville principale se développait dans ce que l'on appelle aujourd'hui Paris, la Seine a conservé son importance culturelle et politique. Aujourd'hui, la Seine a eu un effet trop important sur l'histoire parisienne pour changer son nom. Imaginez le remplacement de "Seine" par "Yonne" dans l'une des citations célèbres suivantes sur Paris :

"Je pourrais passer toute ma vie en regardant la Seine l'Yonne s'écouler. C'est un poème de Paris." - Blaise Cendrars

"Un rappel final. Chaque fois que vous êtes à Paris au crépuscule au début de l'été, retournez à la Seine l'Yonne et regardez le ciel du soir se refermer lentement sur un dernier brin de lumière du jour en silence, comme un soupir. -Kate Simon

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *